Matchs " Aller "

La conférence de presse d' avant-match !

Le 4 septembre 2016
Agen 36 - 20 Albi

Composition de l'équipe
Arrière
Sicard
Ailiers et Centres
Rokoduru
Naqiri
Barthélémy
Bonnet
1/2 d'Ouverture
Kirkpatrick (o) - Perraux (60')
1/2 de Mêlée
Entraygues (m)
3 ème ligne
Quercy
Faleafa - Tavalea (68')
Farré
2 ème ligne
Damiani - Desroche (62')
André (cap)
1 ère ligne
Füschel - Tuncer (40')
Ponnau - Fray - (60')
Dedieu - Curie (51')
autres
remplaçants


Chrono
auteur(s)
type de pts
pts
total
16'
Naqiri+Kirkpatrick essai+trans.
7
7
31'
Kirkpatrick pénalité
3
10
37'
Rokoduru+Kirkpatrick essai+trans.
7
17
45'
Kirkpatrick pénalité
3
20
Agen 36 - 20 Albi



Agen 36 - 20 Albi
( Mi-temps 16 - 17 )
photo Pierre Bras
Le commentaire de Robert Vedel

Albi n'en méritait pas tant !

Il s' agit bien sûr des 16 points au score final, d' un Agen/Albi que nos joueurs ont souvent dominé jusqu' à mener au repos. La deuxième mi-temps fut plus difficile et les cartons jaunes n' ont pas arrangé les choses.
Et pourtant au fil de quatre pénaltouches jouées à cinq mètres des buts agenais on pouvait encore rêver !
Nous retiendrons de ce match le bel état d' esprit de l' équipe albigeoise et son aptitude à construire un jeu collectif et efficace. Le staff sait où le bât blesse. Il faut vite trouver une solution, si possible pour le prochain voyage à Narbonne ou nous aurons encore affaire à une équipe en manque.

Les interviews de Vibrez-Rugby-D2 : Les réactions d'après match au micro de Renaud SOREL
Agen/Albi. Le SCA s’emmêle les pinceaux!

Que dire après cette défaite du SCA contre Agen à Armandie ce dimanche sur le score de 36 à 20 ?
Bien sûr il y a cette indiscipline rédhibitoire, car avec trois cartons jaunes en 80 minutes, on ne peut pas espérer gagner un match de rugby professionnel.
Bien sûr il y a cette fébrilité récurrente devant la ligne d’en-but où malgré 5 « touches pénalties » chères au manager Serge MILHAS, le SCA a été incapable de marquer pour revenir dans le bonus défensif. Cela ressemble aux années sombres où Henri BRONCAN le manager de l’époque, devait composer avec une équipe jeune et inexpérimentée. Mais là, les jeunes ont grandi, acquis de l’expérience pour ne plus commettre ce genre d’erreur.
Et puis il y a la mêlée…

Cette maudite mêlée albigeoise avec ce flan droit qui vacille depuis les matches amicaux. Jean-Christophe BACCA, l’entraîneur des avants du SCA, nous avait livré une interview prophétique en fin de saison dernière quand il nous avait annoncé que « le grand public allait rapidement s’apercevoir de l’importance de Malik HAMADACHE dans l’effectif tarnais ».

Ce dernier parti en terre paloise, la pression repose désormais sur Béka SHEKLASVILI qui en a fini avec sa suspension. Tout le monde le voit comme le seul sauveur du huit albigeois. Imaginez le stress du garçon ! Stress justifié parce qu’il ne va pas résoudre tous les maux de la conquête du SCA dès vendredi prochain à Narbonne. Car d’abord ces derniers ne vont pas s’en laisser compter et qu’ensuite les jaune et noir vont arriver avec la réputation d’une mêlée en carton vis-à-vis du corps arbitral. Et quand on connait la subjectivité de l’arbitrage de cet exercice…

Bien sûr il est facile de crier au loup devant la faiblesse des droitiers tarnais. Mais Samy FUSCHEL et Yucuf TUNCER sont jeunes et ont besoin d’apprendre leur métier auprès de joueurs d’expérience au risque de se « cramer » ad vitam aeternam…
Vous voyez de quel joueur je veux parler. Du genre tabouret, bas sur les appuis, taillé comme un cèpe de Bordeaux. Un obscur, taiseux, ratier en mêlée et dans les rucks. Un maitre compagnon quoi ! Un qui vous apprend l’amour du métier à l’ancienne et qui glisse un clin d’œil au maître de stage quand son apprenti est prêt.
Il doit bien en rester quelque part, prêt à rendre service et les paroles prononcées au micro de la troisième chaine de télévision nationale par le manager albigeois sonnaient comme un appel au recrutement auprès de ses dirigeants. Recrutement qu’il faudrait rapide, sinon Albi pourrait bien prendre son rond de serviette à la table des derniers du championnat de prod2.

Mais on ne va pas se quitter sur ce pessimisme ambiant qui règne dans la préfecture tarnaise quant à son équipe de rugby. Car il y a eu des satisfactions dans ce match.
Tout d’abord la troisième ligne qui a été omniprésente tant en défense qu’en attaque avec un Daniel FALEAFA qui ne s’est jamais senti aussi bien qu’en numéro huit.
Les trois quart n’ont pas été en reste avec notamment la paire de centres composée de Romain BARTHELEMY et Nasoni NAQIRI qui semble s’entendre comme larrons en foire. D’ailleurs si Nasoni NAQIRI continue de livrer des prestations du même calibre que les deux dernières, il risque rapidement de taper dans l’œil de quelques maquignons du Top14.

Alors tout n’est pas si noir et n’est-ce pas bientôt la saison des champignons ? Alors…
RS.

PS, il y aura retransmission web-radio depuis Narbonne.