Matchs " Aller "

La conférence de presse d' avant-match !

Le 28 octobre 2016
Vannes 34 - 06 Albi

Composition de l'équipe
Arrière
Sicart
Ailiers et Centres
Rokoduru
Naqiri - Perraux (58')
Barthélémy - Ollier (64')
Marais
1/2 d'Ouverture
Kirkpatrick
1/2 de Mêlée
Bisman - Queheille (71')
3 ème ligne
Quercy
Tavalea - Roelofse (51')
Nistor
2 ème ligne
Damiani
Desroche - André (64')
1 ère ligne
Sheklashvili - Martinez (64')
Mérancienne - Curie (38')
Roelofse - Dedieu (32')
autres
remplaçants


Chrono
auteur(s)
type de pts
pts
total
20'
Kirkpatrick pénalité
3
3
28'
Kirkpatrick pénalité
3
6
Vannes 34 - 06 Albi



Vannes 34 - 06 Albi
( Mi-temps 27 - 06 )
photo (montage) Pierre Bras
Lu dans le TELEGRAMME
Une folie furieuse
Quelle métamorphose entre l'équipe du RC Vannes battue par Narbonne et celle d'hier soir devant Albi ! Le jour et la nuit en termes d'envie, de combativité, de générosité et de pugnacité. Une folie furieuse avait envahi les esprits vannetais....
Lire la suite ...

Le commentaire de Robert Vedel

Après le désastre breton

QUESTIONS

À part les yeux pour pleurer, ne nous restent que des questions, dont on risque d' attendre les réponses.

1 - Comment passer à ce point à côté d 'un match ? Avec deux absences majeures au début et à la fin.

2 - Si message il y a, passe - t - il du staff à l'équipe ? Nos amis interviewés sur FR 3 la veille du match soulignaient que tout est nouveau pour cette saison 16/17.
D' accord mais faut -il une demi-saison pour tout remettre en place ?

3 - Le président CASTANET , encore confiant après Oyonnax, paraît cette fois condamner le comportement de son équipe. Que peut il faire pour sauver ce qui peut l' être ?

4 - Certains joueurs ont ils la tête ailleurs ?

Je pourrais continuer ainsi longtemps. Nous n' en poserons qu' une dernière. Faut il déjà envisager le pire ?
En fait de début de réponse, la réception de l'équipe de Rémi LADAUGE, nous donnera un élément de réponse. On peut toujours rêver passer un jour de l' ombre à la lumière.

Le commentaire d' Alain Murat
LE SCA A LA DERIVE DANS LE GOLFE DU MORBIHAN
Une poignée de supporters jaune et noir étaient partis joyeux pour cette course lointaine en pays vannetais, avec sans doute une petite idée derrière la tête...Ce qui avait été (bien) fait à Narbonne, sur les rives de la Méditerranée, pourquoi ne pas le renouveler en terre bretonne, côté Atlantique cette fois ?...Etendards au vent, ils vont découvrir le stade de Vannes, dont ils ne connaissent pas encore le nom...

Las, au coup d' envoi, mauvais présage, nos albigeois ont troqué la fière tenue jaune et noir contre l' insipide maillot blanc et jaune du match à l' extérieur. Ce sera le maillot du drapeau blanc, celui où l'on rend les armes avant même d' avoir combattu !

Dès la première touche, notre (encore) joyeuse bande de supporters était plongée dans le doute : lancer Albi, ballon récupéré par Vannes...20 minutes sans toucher le cuir devant 6500 spectateurs arborant avec fierté le drapeau breton. Et déjà, 10 / 0 : mélée chahutée, touches perdues. Bousculé au près, traversé au large, sans boussole et sans gouvernail, le (petit) navire albigeois vogue vers une sombre soirée.

3 essais encaissés, 27 / 6 à la mi-temps face à l' avant-dernier du championnat, 2 misérables pénalités de Kirkpatrick comme aveu d' impuissance à franchir la ligne adverse. Pénalités tentées devant un public fervent supporter de son équipe, mais qui met un point d' honneur à respecter le buteur adverse dans un silence de cathédrale. Du jamais vu...un seul mot: chapeau !

On se dit en se prenant la tête à deux mains que si la deuxième mi-temps est du même tonneau, on va rentrer dans le Tarn les poches bien pleines...

Pourtant, malgré l' inévitable carton jaune infligé à Bastien Dedieu suite à des fautes répétées en mélée, nos Albigeois vont enfin mettre la main sur le ballon. Qu' on en juge : quasiment trente neuf minutes de possession pour nos joueurs, campement stérile dans les 22 adverses, peut-être une dizaine de pénaltouches dans les 5 mètres de Vannes avec autant de tentatives de groupés pénétrants totalement improductifs. C' est plutôt de « groupé non-pénétrant » qu' il faudrait parler....

Face aux tentatives individuelles albigeoises, une armée de moussaillons, tout droit sortie des fonts baptismaux de cette Pro D2 qu' ils découvrent avec gourmandise, va se retrousser les manches, se jetant avec envie sur tout ce qui bouge, défendant chaque mètre carré de terrain pour conserver ce bonus offensif chèrement acquis en première mi-temps.

Au contraire... 58e minute, à la faveur de la seule incursion vannetaise dans le camp albigeois de cette deuxième mi-temps, le trois-quart centre canadien Conor Trainor va porter l' estocade en plantant le quatrième essai de son équipe.

Par la suite, ce qui restait de l' équipe albigeoise va de nouveau prendre possession du ballon et tenter d' enfin franchir la ligne adverse. Mis par deux fois en infériorité numérique suite à deux cartons jaunes successifs, 14 « Bretons » déchaînés vont se multiplier en défense, se jetant à bras raccourcis sur tout ce qui passe à portée, au près comme au large...

Cette formidable abnégation collective allait provoquer dans les travées une gigantesque olà de 6500 spectateurs admiratifs devant les prouesses défensives de leur équipe. Nos supporters albigeois, quelque peu envieux de tant de ferveur, vont enfin apprendre le nom de ce stade ô combien vivant situé au cœur de Vannes...

« Ici, Ici, c' est la Rabine – Ici, Ici, c' est la Rabine ! »

Un refrain qui va longtemps retentir dans nos oreilles...Pourquoi ne pas le dire : un tel public et une telle équipe méritent de poursuivre leur route en PROD2 ! De préférence avec le SCA, ça va de soi...

Et pour couronner le tout, arrive la 79e minute. Nouvelle pénalité pour Albi à 5 mètres de la ligne de Vannes. Jusque là, on a tout essayé, on l' a vu, en vain : pénaltouche, jeu au près, jeu au large...Et si on prenait la mélée ?...Comme au catéchisme, où on vous apprend à tendre la joue droite quand on vous frappe sur la gauche, nos premiers communiants tout de blanc vétus vont se mettre en position... et partir cul par-dessus tête en marche arrière. Ballon récupéré par Vannes, fin du match 34/6 : toute honte bue, la messe est dite !

Nos (encore) supporters albigeois vont rentrer à l' hôtel, migraineux et tête basse. Au petit déj, il va falloir se taper les commentaires de la presse locale, pour remuer le couteau dans la plaie.. Ouest France titre : «  Bonus en poche, le RCV fait chanter La Rabine »... ça fait mal, mais c' est vrai...

Après une courte balade thérapeutique matinale vers la superbe Ile aux Moines, il faudra rentrer au bercail. Dans le mini-bus du retour, drapeau jaune et noir planqué dans la soute, on aura bien du mal à reprendre en choeur l' hymne des supporters «  Albi, Albi ,terre d' ovalie »...

Non, pour nous, ce sera plutôt «  Que reste-t-il de nos amours ? » ou peut-être « Allô maman, bobo... »

 
Les interviews de Vibrez-Rugby-D2 : Les réactions d'après match au micro de Renaud SOREL